Menu
S'identifier

Jeantet sur le mode « familles, je vous aime »

Les entreprises familiales sont au cœur de la stratégie de Jeantet avec le lancement de JeantetFamily et la publication d’un ouvrage consacré à leur avenir. Passage en revue de leurs spécificités et de leurs besoins avec l’auteur, Valérie Tandeau de Marsac, associée Corporate du cabinet(1).
Votre cabinet a lancé il y a quelques mois une nouvelle offre, JeantetFamily, que vous animez. En quoi consiste-t-elle ?

Valérie Tandeau de Marsac : Il s’agit d’une offre de services transversale dédiée aux entreprises familiales. Avec Jeantet-Family, nous capitalisons sur la pratique ancienne du cabinet en la matière, afin de la rendre plus visible. Il ne s’agit pas d’un family office. JeantetFamily délivre des conseils juridiques et fiscaux dans un but préventif. Pour ce faire, nous développons des méthodes pour traiter les sujets qui constituent des enjeux clés pour les entreprises familiales : la gouvernance, la croissance, la transmission et l’internationalisation.

Quels sont les mécanismes que vous mettez en place pour traiter la gouvernance ?

V. TdeM. : Par exemple, nous reprenons le dispositif du génogramme, qui existe en médecine et en généalogie, pour dessiner le « génorganigramme® » de l’entreprise. A la symbolique normée du génogramme est ajoutée une charte graphique, également normée, qui permet, via des éléments visuels, de rendre compte notamment de ce qui ressort du cercle de la famille et du cercle de l’entreprise, ou encore d’apprécier la qualité des liens entre les membres de la famille. Au-delà de cet outil de cartographie qui facilite le diagnostic et la compréhension des schémas proposés, nous traitons des questions classiques liées à la responsabilité des dirigeants ou à la rémunération.

Quelles sont les problématiques de croissance des entreprises familiales ?

V. TdeM. : Les entreprises familiales ont du mal à dépasser les 75 à 100 millions d’euros de chiffre d’affaires. Et ce, pour plusieurs raisons. En faisant entrer des capitaux extérieurs, les membres de la famille craignent de perdre le contrôle capitalistique de leur entreprise. Or il existe des outils d’ingénierie juridique et financière du Private Equity que l’on peut utiliser en tenant compte des spécificités de chaque entreprise (LBO, OBO, dette mezzanine,…). Mais les opérateurs qui les proposent sont généralement des fonds avec des niveaux de rémunération élevés.

En outre, qui dit entrée d’investisseurs dit forcément préparation de la sortie. Il faut anticiper sur cinq à six ans. Là encore, des solutions adaptées à chaque cas peuvent être trouvées (Family Buy Out, recomposition du capital, rachat de participation,…).

Enfin, nombre d’entreprises de taille intermédiaire (ETI) qui auraient besoin de ces financements n’attirent pas les fonds mezzanine ou de capital développement, faute de rentabilité suffisante.

Comment pallier ce dernier obstacle ?

V. TdeM. : On pourrait imaginer de nouveaux dispositifs capitalistiques publicprivé, type FSI, au niveau local. Les entreprises familiales sont en effet très implantées au niveau régional. C’est un peu l’idée qui est en germe dans le rapport qu’Olivier Mellerio a remis à Hervé Novelli sur la création d’une holding transmission public-privé [O. Mellerio, Transmission de l’entreprise familiale, oct. 2009, NDLR].

Quelles sont les particularités des transmissions d’entreprises familiales ?

V. TdeM. : En France, moins de 10 % des entreprises familiales sont transmises au sein de la famille, et ce, en raison d’une préparation insuffisante.

Premièrement, pour un chef d’entreprise, imaginer passer la main n’est pas facile sur le plan psychologique.

Deuxièmement, les outils qui existent, comme les pactes Dutreil, restent méconnus et sont complexes à mettre en œuvre, notamment en raison de la durée de conservation des titres de 6 ans, perçue parfois comme trop bloquante. Pourtant, les mécanismes juridiques et fiscaux dont nous disposons fonctionnent bien. Le tout est de savoir les mettre en place au bon moment. C’est aussi le rôle de Jeantet-Family de les faire connaître.

Dans votre livre, vous évoquez les pratiques étrangères destinées aux PME. Quelles sont celles qui vous paraissent les plus intéressantes ?

V. TdeM. : Dans les pays anglo-saxons, il y a les trusts qui facilitent notamment les transmissions.

Dans les pays de droit civil, on trouve la fiducie ou des mécanismes fiduciaires (dissociation capital / pouvoir en Belgique ou aux Pays-Bas, certification de titres,…). En France, certes, la fiducie existe. Elle peut être utilisée pour gérer une situation transitoire (enfant (s) mineur (s), conflits familiaux, …) ou à titre de sûreté. En revanche, elle ne permet par la transmission. C’est une volonté du législateur.

Par ailleurs, on voit se développer des fondations en Allemagne. Ces liens entre le monde de la philanthropie et le monde de l’entreprise se resserrent, y compris en France, surtout depuis la création des fonds de dotation.

Enfin, comment les entreprises familiales résistent-elles à la crise ?

V. TdeM. : Elles ont une meilleure résilience. Et ce, grâce à des perspectives plus orientées vers le long terme, des valeurs plus cohérentes avec leur gestion, et un endettement davantage tourné vers le réinvestissement et la croissance que d’autres entreprises.

1) Valérie Tandeau de Marsac, Quel avenir pour les entreprises familiales ? Guide opérationnel juridique et fiscal, Eyrolles, sorti en librairie le 17 mars 2011.

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format