Menu
S'identifier

Le MAC, nouveau trublion dans l’univers des cabinets

Son seul nom fait frémir certains associés des cabinets de la place. Véritable poil-àgratter des structures parisiennes, Avi Bitton a fait de la défense des collaborateurs son cheval de bataille. Pour organiser son action, il vient de fonder un syndicat, le MAC, qui compte bien faire entendre sa voix lors des élections ordinales. Rencontre avec deux des têtes de liste aux élections du CNB, Avi Bitton lui-même, et Sophie Hudec, et le candidat du Mac au conseil de l’Ordre, Olivier Wielblad.

Quelle est l’origine de votre syndicat ?

Avi Bitton : Le Manifeste des Avocats Collaborateurs (MAC) a été créé en juillet 2011 mais notre action a débuté bien avant. Nous avons manifesté une première fois en 2005 devant Clifford Chance pour défendre les collaborateurs. En décembre 2010, nous avons à nouveau manifesté devant le ministère de la Justice, où nous avons été finalement reçus et avons pu exposer les problèmes liés au statut d’avocat collaborateur libéral. Nous voulons aider les avocats pendant leur collaboration mais également après, quand ils partent s’installer.

Quelles sont vos propositions pour limiter les risques de ce statut ?

Olivier Wielblad : L’avocat est censé être indépendant. Mais comment est-ce possible lorsqu’il dépend d’un contrat qui peut être rompu du jour au lendemain, en le laissant sans revenu ? Nous travaillons sur une assurance-chômage pour les premiers mois de la rupture. Etre à l’Ordre nous permettra de pouvoir estimer les coûts et de transmettre des chiffres fiables aux actuaires pour qu’ils construisent leur offre.

Comment fonctionnerait cette assurancechômage ?

O. W. : Elle serait obligatoire pour tous les cabinets afin de faire baisser les primes. Les cabinets paieraient une cotisation à l’Ordre qui paierait la prime. Les cotisations seraient ajustées en fonction du nombre de collaborateurs.

Ne craignez-vous pas que cela freine le recours aux collaborateurs ?

A. B. : C’est un argument avancé par les cabinets. Mais quand il y a des dossiers à traiter, il faut embaucher.

Quelles sont vos autres souhaits en la matière ?

A. B. : Le conseil de l’Ordre doit également se pencher sur les motifs de rupture des contrats. Actuellement personne ne les regarde. Or, des manquements déontologiques sont souvent évoqués. Si c’est le cas, il faut diligenter des enquêtes déontologiques.

O.W. : Il faut également forcer les cabinets à jouer le jeu du statut. Si le collaborateur est libéral, il doit pouvoir développer sa clientèle de façon effective. Sinon, il faut faire du droit et requalifier le contrat.

Outre l’action ordinale, quels autres moyens d’actions souhaitez-vous utiliser ?

A. B. : Les voies juridiques, judiciaires, politiques et humoristiques. La satire libère la parole. C’est pourquoi nous avons créé sur notre site (notremanifeste.com) un « Prix Germinal » qui dénonce les mauvaises pratiques des cabinets.

Dans ce cadre, vous avez récemment épinglé deux gros cabinets anglo-saxons au sein desquels la parité homme/femme fait défaut. Ce thème est donc également l’un de vos chevaux de bataille ?

Sophie Hudec : Oui. Au sein des cabinets, seulement 14 % des associés sont des femmes, alors que ces dernières représentent la grande majorité des promotions de l’EFB. Que deviennent ces femmes ? Il y a un véritable enjeu de développement de carrière. Le gouvernement incite les entreprises et les administrations à la parité. En tant qu’auxiliaires de justice, nous devons être représentatifs de cet effort. Sur l’égalité des rémunérations, l’Ordre ne communique que sur les minima des deux premières années. Or, c’est justement au bout de deux, trois ans que les femmes quittent la profession et que l’écart de rémunération se creuse. Nous voudrions q l’Ordre impose des minima aux cabinets sur cinq ans, et communique dessus. Pour autant, les cabinets ne doivent pas s’en tenir à ces minima pour soulager leur conscience, car nombre de collaborateurs le restent toute leur vie et deviennent de fait des salariés déguisés.

Que proposez-vous pour garantir l’égalité des sexes au sein des cabinets ?

S. H. : Nous voulons proposer des bonnes pratiques pour soulager l’organisation des femmes : éviter les réunions tôt le matin ou tard le soir, créer des délégués des collaborateurs audelà d’un certain seuil d’avocats à définir, et exiger des cabinets un bilan social avec des indicateurs sexués afin de renforcer la transparence en la matière et nous permettre de réagir.

Appliquez-vous la parité au sein du Mac ?

A. B. : Oui. Notre liste au Conseil national des barreaux comprend en alternance un homme / une femme et un avocat installé / un collaborateur.

Certains vous présentent comme les successeurs du Cosal. Comment réagissez-vous à cette comparaison ?

A. B. : Je ne le prends pas mal car le Cosal a permis des avancées au sein du barreau de Paris. Mais je crois que notre action se situe davantage entre celle de l’UJA et du Cosal. Nous défendons les jeunes avocats tout en étant indépendants vis-à-vis de l’Ordre et des juges ordinaux car nous ne recevons pas de subvention.

Point sur les élections au CNB et au conseil de l’Ordre de Paris

Conseil national des barreaux

L’élection des membres du Conseil national des barreaux pour la mandature 2012-2014 se déroulera le 6 décembre prochain pour les deux collèges, ordinal (candidatures individuelles) et général (par listes). Chaque avocat est appelé à voter dans son propre barreau (les avocats au barreau de Paris voteront par voie électronique).

Le CNB compte 82 membres, dont deux membres de droit, le bâtonnier de Paris et le président de la Conférence des bâtonniers. Le nouveau président du Conseil national sera élu en janvier 2012, au cours de la première assemblée générale qui réunira les membres élus en décembre. Selon l’usage en vigueur depuis la création de l’institution, à savoir le principe d’alternance entre Paris et la province, c’est un avocat parisien qui devrait être désigné président cette année. Les candidatures sont consultables sur le site du CNB (http://cnb.avocat.fr).

Conseil de l’Ordre du barreau de Paris

Les élections au conseil de l’Ordre de Paris se dérouleront les 6 et 7 décembre et auront pour objet de confirmer les dauphins et vicedauphins dans leur fonction de bâtonnier et vice-bâtonnier, et de renouveler 14 des membres.

Au 8 novembre dernier, les candidats déclarés étaient, par ordre de prestation de serment :

– Jean-François Péricaud

– Jean-Marie Burguburu

– Jean-Yves Le Borgne

– Louis-Bernard Buchman

– Dominique Borde

– Isabelle Schuhler Bourrellis

– Jean Castelain

– Arnaud Lizop

– Jean Pannier

– Elisabeth Oster

– Jean-Jacques Uettwiller

– Xavier Chiloux

– Étienne Lesage

– Cyril Bourayne

– Frédéric Pariente

– Danièle Véret

– Emmanuel Pierrat

– Abderrazak Boudjelti

– Saliha Hérida

– Gabriel Benesty

– Alexandre Moustardier

– Rabah Hached

– Louis Degos

– Vincent Ohannessian

– Daniel Ravez

– Nicolas Contis

– Philippe Feitussi

– Olivier Wielblad

– Julien Gueguen Carroll

– Fabien Ndoumou

– Serge Bakoa

– Dominique Piau

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format