Menu
S'identifier

« Notre croissance sera raisonnée »

Après plusieurs départs notables l’an dernier, le bureau parisien de Winston & Strawn se recentre sur ses axes forts. Détails avec son managing partner, Gilles Bigot.
Où en est le bureau parisien de Winston & Strawn ?

Gilles Bigot : Avec 50 professionnels dont 20 avocats associés, le bureau parisien de W&S est un cabinet d’affaires full service. J’y assume la fonction de managing partner depuis le 1er septembre. Ma préoccupation, bien entendu, est de développer et élargir notre clientèle française et internationale en renforçant les synergies de nos équipes et en nous appuyant sur nos atouts sectoriels forts et différenciant, notamment santé, environnement et énergie, et sur notre réseau mondial.

Quelle est votre stratégie de développement ?

G. B. : Comme membre du Comité exécutif au niveau mondial, je dispose des moyens et de la crédibilité nécessaires pour mettre en place une stratégie forte pour nous renforcer.

Les clients industriels constituent pour nous un vrai enjeu : nous les connaissons et anticipons leurs besoins ; nous avons à cœur de les accompagner et de les servir. Par exemple, le recrutement de Philippe Cavalieros, ancien directeur juridique Eurasie et responsable du groupe Arbitrage international du Groupe Renault, nous permet de conseiller avec pragmatisme les entreprises du secteur automobile et leurs sous-traitants. Son défi sera de faire jouer les synergies avec les équipes Corporate, Fiscal, Concurrence, Social et Contentieux.

L’arbitrage constitue un axe de développement prometteur. L’équipe formée par Maria Kostytska, avocat au barreau de New York, et Philippe Cavalieros, possède l’atout de la jeunesse ajouté à celui d’une expertise déjà notoire.

Les avocats de notre équipe Corporate ont une spécialité sectorielle forte et reconnue. L’arrivée d’Evelyne Brocard complète notre offre de services : une grande habitude du M&A et du private equity ainsi que des opérations dites de place. Jérôme Herbet, pour sa part, continue d’accompagner une clientèle industrielle cotée ou non pour ses opérations de croissance externe en France et à l’étranger, tout en disposant d’une forte légitimité dans les domaines du droit bancaire et financier. Carole Arribes, dans le secteur de l’énergie, complète l’offre de notre équipe Corporate.

Allez-vous recruter de nouveaux associés prochainement ?

G. B. : Nous réfléchissons à nous renforcer dans des domaines dans lesquels il pourrait exister une forte résonnance avec les forces de Winston & Strawn aux États-Unis, notamment le secteur IP/IT. Mais notre croissance sera raisonnée et dictée par les besoins de nos clients.

Justement, comment vivez-vous la crise que connaît actuellement le corporate ?

G. B. : L’année 2012 fut un exercice social particulier, même si passées les échéances électorales et les incertitudes fiscales, nous avons pu constater un temps fort en novembre et décembre. 2013 semble elle aussi une année incertaine : le temps de gestion des deals s’allonge et si les small-caps tirent quelque peu leur épingle du jeu, les opérations de mid-market, sur lesquelles nous sommes clairement positionnées, restent en demi-teinte. Ceci dit, nos associés aux États-Unis nous indiquent que les acquisitions repartent aux US, ce qui pourrait être annonciateur de plus de dynamisme en Europe. Quelques entreprises ont un programme de cessions en vue de recentrer leurs activités. Notre proximité avec le secteur industriel nous rend raisonnablement optimistes. Nous avons toujours privilégié le long terme et pensons que nos clients nous en savent gré. La période actuelle est source d’opportunités pour tous ceux qui auront su s’investir dans un accompagnement proactif du client, et ce, quels que soient la taille et l’enjeu de l’opération ou les missions. La richesse de l’expérience des avocats de notre équipe Corporate, la fidélité de nos principaux clients, notre implication à long terme dans certains secteurs clés sont autant d’éléments qui nourrissent notre confiance pour les mois et les années à venir.

Avez-vous des objectifs chiffrés pour 2013 ?

G. B. : Oui, bien sûr, à l’instar de nos clients, nous poursuivons des objectifs de rentabilité et de développement, bien que 2013 s’annonce comme une année de transition. Winston & Strawn s’attachera à démontrer au marché sa capacité d’adaptation, et à renforcer son positionnement de cabinet d’affaires international bénéficiant, en France, d’un ancrage reconnu.

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format