Menu
S'identifier

Jean-Jacques Uettwiller, associé fondateur d’UGGC

Avocat, syndicaliste et ex-juriste d’entreprise : chaque expérience qui a jalonné la carrière de Jean-Jacques Uettwiller a nourri l’autre et fait qu’aujourd’hui, de son propre aveu, le co-fondateur d’UGGC est inclassable. Portrait.

Classique. Un terme qui sied à la fois au cabinet français UGGC, bâti sur des relations solides avec quelques clients fidèles – Chrysler, Colas, Bongrain, Jean-Paul Gauthier ou encore Groupe du Louvre –, et sur une politique très “Gidienne” de cooptation interne, mais également à son associé fondateur, Jean-Jacques Uettwiller. Qui décline d’ailleurs la tendance jusqu’au cercle privé. « C’est important pour moi desavoir si toute ma famille assistera au traditionnel dîner de Noël familial où nous sommes en général une vingtaine, ycompris les “apports exterieurs” assimilés », assure-t-il. En tout, l’associé a aujourd’hui six petits-enfants, dont il exhibe fièrement les minois sur des panneaux de photographies qui mangent une bonne partie des murs de son bureau. Ses deux enfants, Olivier et Sophie – également associée chez UGGC – ont d’ailleurs suivi les sillons de la robe noire de papa.

Au plus près des clients

Ce spécialiste en droit des sociétés et fiscalité, diplômé en droit privé et lauréat de la faculté de droit de Nanterre, a d’abord choisi sa voie par la force des choses avant d’y prendre réellement goût. Orphelin dès l’âge de 22 ans, ne possédant en tout et pour tout qu’un héritage composé d’une canne épée et d’un allume-cigare, le jeune étudiant savait que le droit lui assurait un chemin sûr vers une vie confortable. Il a toutefois porté pendant près de vingt ans le costume de juriste avant de devenir avocat d’affaires. D’abord dans le secteur bancaire en 1970, à la Société Nancéienne et Varin Bernier (SNVB) – aujourd’hui filiale de CIC –, puis en entreprise chez Revillon cinq ans plus tard, jusqu’en 1982, et chez Bongrain, qu’il quitte en 1986. « Aujourd’hui,grâce à ces expériences, je connais le métier de mes clients. Parconséquent, je gagne du temps et le client gagne de l’argent. » En 1987, il rejoint finalement le cabinet Berlioz & Co.

« À l’époque, avant la fusion, Berlioz étaitle n° 3 derrière Gide et Jeantet », racontet-il. Mais la structure connaît des déboires, notamment suite à la mise sous mandat de dépôt à La Réunion de François Meynot pour complicité de corruption dans l’affaire de la SIGN et la démission de Georges Berlioz du conseil d’administration. Lassé de ce qu’il appelle les folies « Berlioziennes » et voyant venir l’explosion, Jean-Jacques Uettwiller part alors créer sa propre structure un beau matin d’avril 1993 avec Bernard Grelon, Michel Gout, Jean-François Canat et leurs équipes. Leurs initiales donnent UGGC. « Nousvoulions un cabinet de clients et non de dossiers, composé de gens bien qui ont envie de venir travailler le matin », explique Jean-Jacques Uettwiller, qui assure par ailleurs qu’aujourd’hui, UGGC est un véritable « patchwork » composé d’avocats purs souche, d’anciens juristes d’entreprise, d’agrégés et même d’un énarque, Thierry Dal Farra.

Évasions…

Lui se pose en exception et se dit « inclassable ». Savant brassage des cultures du cabinet et de l’entreprise, il est également un syndicaliste passionné par sa profession. Ancien membre du CNB et ex-président de l’ACE, fonction qu’il a occupée de 1998 à 2003, il est aujourd’hui membre du conseil de l’Ordre. « Même si j’ai parfois l’impression d’être un alien,j’apporte une voix qui n’est pas dominantemais qui est capable d’expliquerce qui se passe dans les entreprises et les grands cabinets », confie l’avocat, qui est également candidat à la présidence de l’UIA pour les élections de 2016. Il faut dire que l’homme connaît bien la maison, puisqu’il y a occupé les postes de président de la commission investissements étrangers et de directeur financier…

Son obljectif professionnel ? Stabiliser les bureaux étrangers, et faire en sorte que le cabinet retrouve le chemin de la croissance. « Notre modèle, qui repose sur la cooptation interne d’avocats arrivés généralement au cabinet dès le stage, nécessite une croissance suffisante. Or, la situation actuelle nous pénalise », admet le fiscaliste qui voit, impuissant, les opérations de croissance externe céder la place aux faillites et contentieux. Des activités à son avis insuffisantes pour revenir à une croissance à deux chiffres et maintenir le business model actuel. « À un moment donné, il y aura un trou d’air, prédit-il. Au niveau de l’activité fiscale, aujourd’hui, ce ne sont plus seulement les grosse fortunes mais également la petite et moyenne bourgeoisie qui réfléchit à l’immigration… »

Au niveau personnel, l’homme de 67 ans confie souhaiter « conserver l’envie de travailler et les capacités physiques et intellectuelles pour le faire. Au moment où je ne me sentirai plus utile, je partirai. » Et sa destination est toute trouvée : Marrakech, où l’avocat possède une maison dans laquelle il se rend actuellement un week-end sur deux, avec dans ses bagages sa collection de montres dont il ne se sépare jamais. « Je suis constamment en train de rechercher la chaleur et le soleil, explique-t-il. Et puis, outre le fait que les marocains soient des gens très accueillants, lorsque j’arrive là-bas je peux réellement me détendre. Du ménage au jardinage, tout est fait à mon arrivée. » Autre atout évoqué dans un sourire : le refuge fiscal que représentera le Maroc à l’heure où Jean-Jacques Uettwiller prendra sa retraite… « Je n’ai pas l’intention de me serrer la ceinture », promet-il en riant.

UGGC

• Date de création : avril 1993

• Nombre d’associés : 32

• Nombre d’avocats : 160

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format