Menu
S'identifier

« Il faut développer la culture de l’innovation »

Managing partner de Linklaters à Paris depuis 2010, Paul Lignières vient d’être reconduit dans ses fonctions pour deux ans. Il dresse le bilan et les perspectives de ce bureau qui compte aujourd’hui 170 avocats dont 30 associés.
Quelles ont été vos principales actions durant les quatre dernières années ?

Paul Lignières : En 2010, les effets de la crise de 2008 commençaient à se faire ressentir dans les cabinets d’avocats. Nous n’avions pas perçu immédiatement ces effets en raison notamment de la hausse soudaine des restructurations qui a créé un surcroît d’activité. Chez Linklaters à Paris, nous avons rapidement fait le choix de nous appuyer sur nos activités traditionnelles, à savoir les transactions (fusions-acquisitions et finance), tout en accélérant le développement de nos activités de régulation et de contentieux/arbitrage y compris dans le domaine du droit de la concurrence.

Y a-t-il des activités dont vous vous êtes séparés ?

P. L. : Non. Globalement, il est vrai que le nombre de transactions a diminué avec la crise mais le phénomène de désintermédiation a contribué au développement de l’activité de marché de capitaux, le financement de projet est resté très actif, notamment en raison des plans de relance, des énergies nouvelles et des investissements à l’international en particulier en Afrique, et nos équipes de droit bancaire ont déployé une nouvelle activité avec les restructurations de dettes. En corporate, il y a eu des périodes de moindre activité mais nous avons récemment vu le retour d’opérations majeures (Holcim/Lafarge, SFR ou Alstom) et le public M&A reste une activité stratégique en France. Le private equity se maintient, l’immobilier a repris depuis deux ans. En réalité, l’industrie du droit est restée très active pour peu qu’on ait su anticiper et saisir les besoins des clients comme nous l’avons fait en développant nos activités de contentieux et de régulation. Par ailleurs, les transactions sont de plus en plus liées à ces deux activités.

Avez-vous choisi de développer un nouveau type de clientèle ?

P. L. : Nous avons fait le choix stratégique de développer deux segments. Premièrement, les clients internationaux venant du Moyen Orient et d’Asie. Nous sommes idéalement placés pour servir ces clients car Paris est le plus grand bureau de Linklaters après celui de Londres. Il couvre en outre tout le marché africain francophone et d’autres pays ou continents de droit civil comme l’Amérique du Sud. Ce phénomène a créé de nombreuses transformations quotidiennes pour nous : accueil d’étudiants et de stagiaires étrangers, augmentation du nombre de voyages des associés, prise en compte des besoins dans le recrutement. Nous avons ainsi recruté un associé en arbitrage international, Roland Ziadé, qui parle et écrit couramment l’arabe et déploie son activité dans le monde entier.

Les autres clients qui se sont développés ces dernières années sont les entreprises de taille intermédiaire qui recherchent notre connaissance des marchés financiers et de l’international. Ce phénomène est toutefois plus marqué sur le marché allemand que sur le marché français.

Quels sont vos axes de développement pour les deux prochaines années ?

P. L. : Nous souhaitons continuer à développer nos activités transactionnelles (corporate et finance), ainsi que nos activités dans le domaine de la régulation et du contentieux. En outre, l’équipe d’arbitrage international de Linklaters, maintenant basée à Paris avec l’arrivée de Matthieu de Boisséson, Pierre Duprey et Roland Ziadé, constitue l’une des équipes les plus actives de la place. Par ailleurs, le département de droit social, mené par Lionel Vuidard, a vocation à devenir un département majeur. Nous allons également continuer à nous développer sur les investissements étrangers en capitalisant, d’une part, sur notre parfaite connaissance du marché français et notre proximité avec les décideurs économiques et politiques et, d’autre part, sur nos bureaux dans les autres continents.

Nous allons également pérenniser notre politique de diversité. Nous avons été l’un des premiers cabinets à signer la Charte de la Diversité. Cela imprègne de façon irréversible l’ensemble de la chaîne de recrutement.

Par ailleurs, nous allons poursuivre notre travail sur le sujet de l’égalité hommes / femmes. C’est un sujet qui n’est hélas pas toujours consensuel en France mais qui fait l’objet d’une politique interne volontariste au niveau international. Le cabinet s’est fixé un objectif minimal de 30 % de femmes au comité exécutif et au sein de l’international board d’ici 2018, et de 30 % de femmes par promotion d’associés. Nous avons également mis en place un programme de leadership pour les femmes qui est suivi actuellement par quatre de nos collaboratrices. En outre, deux de nos associées, Françoise Maigrot en Immobilier et Anne Wachsmann en Concurrence, ont été reconnues comme les meilleures avocates européennes de leurs spécialités lors des derniers European Women in Business Law Awards et l’une de nos collaboratrices, Delphine Pujos, a été élue membre du conseil de l’Ordre. Elles constituent des modèles pour les collaboratrices du cabinet.

Enfin, je souhaite développer au sein du cabinet la culture de l’innovation, ce qui signifie détecter les tendances, insuffler les changements, se positionner sur les axes de croissances nouveaux. Désormais, nous organisons une fois par an un déjeuner de l’innovation afin de s’assurer que cela reste au coeur de nos priorités.

Allez-vous déménager, comme le voudrait la rumeur ?

P. L. : Non. Nous pérennisons notre occupation rue de Marignan en faisant des travaux et en nous agrandissant.

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format