Menu
S'identifier

La Pépinière se réinvente

Créée en 2009 par le barreau de Paris pour soutenir l’installation des jeunes avocats, la Pépinière a progressivement évolué vers une approche plus entrepreneuriale. Elle pourrait même changer de nom dans les prochaines semaines.

« C’est un détail mais c’est aussi un symbole  », résume Laurence Boyer, en charge pour le conseil de l’Ordre des avocats de Paris de la gestion de la Pépinière, dont le déménagement semble inéluctable. D’abord, parce qu’à partir du 15 janvier 2015, les obligations en termes d’accessibilité pour les personnes handicapées ne pourront être respectées au dernier étage du 11 boulevard Sébastopol dans le 1er arrondissement de Paris. Ensuite, et surtout, parce que la gestion en direct d’un tel centre d’affaires, qui a vu passer plus de 500 avocats dans ses locaux, a atteint ses limites. « Nous avons besoin de travailler avec des professionnels  », insiste Laurence Boyer pour qui il reste à négocier un cahier des charges spécifique à la profession, prenant notamment en compte les conditions d’exercice, et le respect de la confidentialité des échanges et du secret professionnel. Dans la proposition qu’elle présentera le 16 décembre prochain, elle recommandera la mise en place de deux pôles, l’un « plutôt autour du 8e arrondissement  » et l’autre, « un peu plus excentré, à proximité du futur palais de Justice  » dont l’ouverture est prévue en 2017.

Le feuilleton de la Pépinière entre donc en saison 2, après un audit approfondi qui a convaincu Laurence Boyer de la nécessité de faire perdurer la structure. La croissance du nombre d’avocats et le prix du mètre carré parisien suffisent à comprendre l’intérêt pour de jeunes entrepreneurs de disposer de locaux et d’une adresse professionnelle sans pour autant être assujetti à une quelconque taxe d’habitation. L’offre est en effet très attractive puisque la première année, la location revient en moyenne à 260 euros par mois, la seconde année à 420 euros et la troisième année à 475 euros. « La location d’une salle de réunion variant entre 3 et 15 euros  », selon les estimations entendues à la Pépinière, l’apport financier du barreau est donc loin d’être négligeable.

Cocooning

Voulue par le bâtonnier Christian Charrière-Bournazel, la Pépinière visait, au départ, à aider les plus jeunes et les « accidentés de la vie  », en mettant à leur disposition des moyens matériels (bureaux non affectés, salles de réunion, photocopieuses, etc.). Position généreuse qui nourrissait pourtant des critiques sur le risque de stigmatisation des avocats « sans domicile fixe  » et sur les critères, mal perçus, du système d’attribution de casier personnel. Pour autant, la Pépinière n’a jamais affiché complet, le nombre de boîtes aux lettres occupées dépassant rarement les 130 sur un total de 180. Durant le bâtonnat de Christiane Feral-Schuhl, il a surtout été question de faire de la Pépinière un tremplin vers l’entrepreneuriat en multipliant les rencontres intergénérationnelles avec des avocats expérimentés. Le projet de devenir un lieu d’échanges et de rencontres dans l’optique de transmission de clientèles a même été évoqué. La Pépinière a ainsi organisé différentes rencontres, sur les thèmes des honoraires, de la relationclient. Lors de la discussion et du vote sur la sollicitation personnalisée au Conseil national des barreaux, un spécialiste du sujet, Guillaume le Foyer de Costil, est venu débattre avec les avocats de la Pépinière. L’idée pour eux étant de se sentir en phase avec l’actualité du métier, mais aussi d’être un peu cocooné… « Certains avaient un peu de mal à partir  », concède-t-on boulevard de Sébastopol.

Si l’objectif était d’accompagner les avocats vers la création d’entreprise, le bilan, sans être négatif, reste néanmoins mitigé. « Pour devenir entrepreneur, il vaut mieux fréquenter des entrepreneurs. C’est peut être ce qui manque à la Pépinière, une véritable émulation  », analyse un ancien bénéficiaire aujourd’hui à son compte.

Auberge espagnole

La Pépinière-tremplin se transforme parfois en Pépinière-passerelle. Ce n’est pas toujours l’envie créative et le timing entrepreneurial qui priment, mais quelquefois la nécessité. Certes, les chefs d’entreprise en devenir sont effectivement les plus nombreux (86 % d’entre eux créent un cabinet après un passage de 12 à 18 mois) mais ils ne sont pas les seuls à profiter utilement d’un tel service. C’est également le cas des avocats étrangers inscrits au barreau de Paris, des collaborateurs en « réflexion professionnelle  », des collaboratrices soudainement remerciées au retour de leurs congés maternité, et de ceux qui, au fond, ne savent pas trop… Une auberge espagnole à laquelle tout le monde semble tenir aujourd’hui mais qui n’a pas toujours fait l’unanimité. Pour Laurence Boyer, il est nécessaire de conserver cet équilibre même si l’essentiel est ailleurs. « Au delà d’une solution transitoire d’hébergement, est-ce que notre rôle n’est pas aussi d’aider concrètement les avocats à s’installer, fournir l’aide de prestataires qui pourraient s’occuper de tous les aspects d’une installation : la recherche de locaux, les relations avec les banques, la négociation d’un prêt ?  ». Pour une profession qui, dans cinq ans, pourrait compter 35 000 personnes pour la seule ville de Paris, l’idée mérite d’être creusée.

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format