Menu
S'identifier

Avocats et référencement sur Internet : l’éveil des consciences

Les legal start-up de référencement en ligne ne cessent de gagner du terrain sur le marché du droit français. Récemment, le nouveau président du Conseil national des barreaux (CNB), Pascal Eydoux, a annoncé le lancement d’une plateforme internet estampillée CNB. En route vers l’accès à la justice 2.0 ?

Le projet était dans les tuyaux depuis plusieurs mois, mais son annonce officielle a été faite par Pascal Eydoux lors de ses vœux à la presse le 27 janvier dernier : le CNB mettra bientôt en place sa propre plateforme de référencement d’avocats. Le but ? Permettre aux justiciables, au-delà des actes électroniques dématérialisés d’ores et déjà proposés sur la plateforme e-barreau, d’avoir accès à un répertoire d’avocats venant des quatre coins de la France prêts à leur délivrer des conseils sur-mesure. «Il s’agit d’élargir notre offre en fonction de la demande de nos clients, désormais habitués à trouver sur Internet les préalables à toute démarche de manière immédiate et anonyme. Le tout à moindre coût, et en leur évitant des déplacements contraignants », explique le président du CNB.

Priorité à l’encadrement

Un projet assez onéreux pour l’institution : entre 400 000 et 500 000 euros environ. «Mais comme cela concerne 62 000 avocats, nous devons y mettre les moyens », tempère Pascal Eydoux. Des coûts pouvant être diminués si le CNB parvient à dénicher un prestataire peu gourmand suite à l’appel d’offre qui vient d’être lancé. En attendant la mise en service, espérée d’ici la fin de l’année, la commission Nouvelles technologies planche sur le fonctionnement de cette plateforme. Si les compétences et la spécialité de l’avocat sont actuellement privilégiées à la zone géographique pour le mode de recherche, Patrick Le Donne, président de la commission, précise : «Nous devons encore affiner cela, car il ne faudrait pas qu’il y ait une captation de clientèle au profit de certains et au détriment d’autres ». Bien sûr, tous les champs d’activité seront représentés, et ne s’inscriront sur le site que ceux qui le souhaitent. À une condition : afficher leur tarif de manière transparente.

De leur côté, les barreaux se chargeront du contrôle de leurs avocats référencés, qui devront préalablement à leur inscription effectuer une déclaration à leur bâtonnier. L’encadrement et le respect des règles de la profession, Pascal Eydoux y tient et ne manque d’ailleurs pas de pointer du doigt ces barreaux français «qui envisagent de développer des plateformes à titre individuel » (dont celui de Nantes qui a lancé le site «Mes droits, mon avocat» le 24 février dernier). Barreaux qui n’hésiteraient pas à déléguer le travail à des sociétés commerciales… «Ceci suppose que soient vérifiées les garanties déontologiques et les compétences requises », glisse encore le président du CNB. Lequel poursuit en parallèle sa guerre contre les “braconniers du droit” comme le prouve la récente action en justice menée contre avocat.net. Cette dernière a d’ailleurs abouti, le 30 janvier dernier, à une décision du TGI de Paris condamnant l’exploitant du site pour pratiques commerciales trompeuses et lui interdisant l’usage de ce nom de domaine. «Le droit n’étant pas une matière protégée dans notre pays, tout le monde peut faire du conseil en ligne, constate Pascal Eydoux. Cela est dû au fait que les avocats ne se sont pas emparés de ce marché en premier. Ils ne se sont pas rendu compte que tout un pan d’activité leur échappait

Identification ludique

Pierre Aïdan, lui, n’a pas hésité à sauter le pas. Ex-avocat d’affaires passé par Linklaters ou encore Davis Polk, il a surfé sur cette vague de legal start-up en ligne qui fleurissent sur la toile française depuis quelques années, à l’instar de Demanderjustice, Captain Contrat, LegaLife ou encore Lawcracy. Legalstart, le site qu’il a co-fondé en 2012, propose ainsi des formulaires juridiques et administratifs en ligne à destination des TPE-PME ainsi qu’un référencement d’avocats assez classique – une trentaine en tout pour le moment. Objectif d’ici cet été : mettre en place un outil plus dynamique permettant aux utilisateurs de faire une recherche affinée en fonction de leurs besoins, via un algorithme. «Le but est de rendre l’identification de l’avocat ludique grâce à un outil fiable et efficace », résume Pierre Aïdan. Côté avocats, en particulier ceux exerçant à titre individuel ou au sein de petites structures, les avantages sont nombreux : outre un référencement gratuit, la nouvelle formule du site leur proposera des outils documentaires à moindre coût ainsi que la possibilité de se positionner sur certaines thématiques. «Meilleure visibilité, meilleure rentabilité », promet Pierre Aïdan.

Une brique dans l’édifice

Là encore, les avocats référencés devront afficher clairement leurs honoraires ou forfait. Et hors de question que Legalstart se rémunère sur l’apport d’affaires. «Nous souhaitons être le plus collaboratifs possible avec la profession d’avocat », assure le co-fondateur, avant d’ajouter : «Internet n’est pas qualitativement faible ni essentiellement frauduleux. Notre objectif est de répondre au problème d’accès au droit des petites entreprises, et de prendre également en considération le fait que de nombreux avocats ne parviennent pas à générer des revenus satisfaisants. On ne prétend pas être la solution à tout, mais au moins un début de solution. Une brique dans l’édifice, en somme. » Son rêve ? Voir le barreau français suivre l’exemple de l’American Bar Association qui a formalisé un accord en début d’année avec Rocket Lawyer, le n° 2 du marché aux USA où près de 3 000 legal start-up en ligne ont été créées au cours de ces trois dernières années. «Utiliser des outils technologiques pour faciliter l’accès au droit me paraît finalement assez consensuel. Le tout est de mettre le bon outil entre les bonnes mains. » De son côté, Pascal Eydoux l’admet : «Concevoir que la prestation juridique est devenue une prestation de marché concurrentiel est une démarche intellectuelle difficile pour les avocats. Mais c’est un fait. »

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format