Menu
S'identifier

« Créer un Iran Desk est une décision professionnelle, mais avec un supplement d’âme »

Le 14 juillet dernier, l’Iran a signé à Vienne un accord avec les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni), + l’Allemagne, prévoyant la levée des sanctions économiques en échange de garanties sur le nucléaire. De quoi susciter de nouvelle opportunités pour les entreprises. Premier cabinet d’avocats à structurer son offre : August & Debouzy, qui vient de lancer un Iran Desk dont la responsabilité a été confiée à Kami Haeri et Mahasti Razavi, associés d’origine irannienne. Explications.
Quelle est la genèse du projet d’Iran Desk ?

Kami Haeri : Depuis plusieurs mois, on voyait se dessiner une issue favorable aux discussions entre l’Iran et les cinq pays membres + 1 du Conseil de sécurité de l’ONU. Parallèlement, un besoin international de rétablir le dialogue avec l’Iran sur le plan économique et politique se faisait ressentir. Ce sentiment selon lequel les négociations allaient aboutir était en outre le même chez nos clients qui nous interrogeaient pour avoir des avis et des opinions sur de possibles investissements. Cette perspective nous a poussés à mener une réflexion et à prendre la décision de mettre à leur disposition cette dimension iranienne.

Aviez-vous déjà eu des dossiers en lien avec l’Iran ?

K.H. : Oui. Il y avait quand même un courant d’affaires internationales, certes ténu, mais qui existait avec l’Iran. Nous avions donc déjà eu un certain nombre de dossiers qui touchaient à l’Iran dans nos domaines respectifs. Me concernant, il s’agissait d’intervenir sur des questions de conformité et de contrôle à l’exportation pour des sociétés françaises ou des filiales françaises de sociétés américaines, sachant que les sanctions américaines et européennes n’avaient pas toujours la même portée. Il m’est ainsi arrivé d’intervenir plusieurs fois devant le tribunal de commerce de Paris dans le cadre de résiliations de contrats fondées sur un problème de conformité internationale à la demande de sociétés-mères américaines, alors que des dispositions de droit français pouvaient s’appliquer.

Mahasti Razavi : Avant l’entrée en vigueur des sanctions, les relations entre les entreprises françaises et l’Iran était réelle, et ce dans des domaines industriels variés. Nous étions pour notre part intervenus sur des sujets concernant notamment l’industrie automobile, les constructeurs et fournisseurs de second rang, dans le cadre de négociations contractuelles avec des entreprises iraniennes, ou alors le secteur hôtelier.

Quand avez-vous pris la décision de rendre effectif cet Iran Desk ?

K.H. : L’accord entre l’Iran et les grandes puissances a été signé le 14 juillet. Nous nous sommes parlés immédiatement et nous avons décidé de structurer notre offre pour signifier notre disponibilité aux clients qui le souhaiteraient. Dès lors qu’il y a un rétro-planning de levée des sanctions, les entreprises ont des perspectives. Dans les prochains mois, il pourra y avoir des investissements plus directs, même si on ignore quelle en sera la structure (investisseurs seuls, joint-venture…). Mais d’ores et déjà, les visites, la prospection plus opérationnelle et concrète peuvent commencer.

Quelles ont été les réactions à l’annonce de la création de votre Iran Desk ?

M.R. : Il y a eu de belles réactions, de la part des clients comme de nos confrères de toute nationalité. Nos interlocuteurs sont intéressés par ce sujet et en conséquence par notre démarche.

Concrètement, comment allez-vous procéder ?

K.H. : Mahasti et moi allons servir de point de relais aux entreprises qui le souhaiteront. Nous mobiliserons les ressources du cabinet sur l’ensemble des matières nécessaires. Et nous allons nous rendre sur place pour accompagner les entreprises et rencontrer les cabinets avec lesquels nous avons déjà travaillé ponctuellement, afin de nouer des liens plus étroits.

Comment est structuré le marché du droit en Iran ?

K.H. : Il y existe une culture juridique de droit civil matinée de droit coranique. Le marché du droit était assez contenu jusqu’à présent. Cependant, il ne faut pas oublier que les échanges humains étaient possibles entre l’Iran et le reste du monde. Beaucoup de jeunes ont donc fait leurs études en Europe ou aux États-Unis et sont revenus travailler en Iran, y compris chez les juristes. Il y a donc de belles structures avec des méthodes internationales, dont font partie nos correspondants.

Quels secteurs pourraient être intéressants pour les entreprises ?

K.H. : Les infrastructures (routes, téléphonie), automobiles, biens de consommation, tourisme, loisirs, aéronautique… Ce sont des domaines de souveraineté de la France.

Vous êtes tous les deux d’origine iranienne et vous parlez le persan. C’est une vraie valeur ajoutée ?

K.H. : Oui, car la dimension culturelle en Iran est importante. On l’a vu lors des négociations. On ne pourra pas traiter l’Iran comme n’importe quel pays de la région.

Cette démarche touche à votre histoire personnelle. Comment le ressentez-vous ?

M.R. : Nous travaillons sur ce projet depuis longtemps. Jusque-là, nous avions une approche « corporate » de la chose. Aujourd’hui, la part émotionnelle reprend sa place. Nous sommes fiers de montrer une image positive de l’Iran et participer à son renouveau. Créer un Iran Desk est une décision professionnelle, mais avec un supplément d’âme.

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format