Menu
S'identifier

Prospective et profession d’avocat : prévenir pour mieux survivre

Dans le cadre des États généraux de la prospective, de l’innovation et du numérique organisés par le Conseil national des barreaux (CNB) les 2 et 3 juin derniers, les avocats se sont penchés sur leur avenir. Et ont énuméré quelques pistes pour répondre au mieux aux nouveaux enjeux de la profession.

« Penser demain pour agir aujourd’hui ». Tel était le thème de la journée de la prospective et de l’innovation organisée le 2 juin dernier par le CNB dans les salons de l’Aveyron, à Paris. Nouveaux outils, nouvelles façons de travailler, développement massif des legal startup, les avocats sont en effet face à une révolution numérique et technologique les obligeant à remettre bon nombre d’acquis en question. Tout comme la génération Z qui arrive et n’aspire plus forcément aux même attentes que ses prédécesseurs. Alors, que faire pour s’atteler dès à présent à ce lourd chantier qu’est demain ? Comment résister à un marché toujours plus concurrentiel et nécessitant des adaptations quotidiennes ?

Qui l’on est, où l’on va

Louis Degos, président de la commission prospective au sein du CNB, a dévoilé quelques chiffres : parmi les bâtonniers français interrogés pour préparer ces États généraux, 75 % ont affirmé que les innovations pouvaient faciliter l’exercice au quotidien, mais seuls 25 % d’entre eux ont déclaré avoir connaissance de projets innovants au sein de leur barreau… Pour Dominic Jensen, conseil en stratégie, les avocats se sont trop reposés sur leur monopole, au détriment d’une approche prospective et de projets stratégiques. « Lorsque l’on se sait protégés, on prend moins en compte notre environnement économique. Et lorsque l’on réagit, il est souvent un peu tard : regardez les taxis ! Par ailleurs, les avocats travaillent dans l’urgence et vendent leur temps. Dans ce contexte, il n’est pas toujours facile de lever la tête pour regarder vers l’avenir. » Selon Antoine Fourment, avocat et expert près la commission prospective du CNB, les choses seraient en train d’évoluer. « La profession d’avocat, comme beaucoup d’autres, est atteinte d’un syndrome de courte vue. Mais la mondialisation est en train de rebattre toutes les cartes. »

Pour faire fi de ses mauvaises habitudes, la profession doit d’abord remettre les compteurs à zéro et effectuer un véritable travail d’introspection. « Les études de marché ne suffiront pas, a prévenu Laurent Dupuis, conseil en stratégie et management de l’innovation et gérant de la société Polemarque. Il faut d’abord se poser les bonnes questions en amont. Il ne s’agit pas d’être en veille, mais en éveil. » « Il est nécessaire de comprendre son positionnement par rapport à son marché, et son offre par rapport à la demande potentielle », estime pour sa part Dominic Jensen, qui affirme sentir actuellement une « prise de conscience ». « Il me semble primordial de parler aux clients en dehors des dossiers pour comprendre ce qu’ils attendent ; c’est le premier pas vers la prospective. Nous sommes d’ores et déjà sortis des postures pour arriver à quelque chose de plus humble, ouvert et réfléchi. » Avancer, oui, mais tout en tenant compte de la déontologie de la profession. « C’est la plus-value de l’avocat », assure Joël Moret-Bailly, avocat lui-même. Ce dernier suggère néanmoins une simplification de cette déontologie, qui pourrait venir prendre exemple sur celle des magistrats, publiée en 2010 par le CSM, qui ne contient qu’une dizaine d’articles. « Une vision téléologique de la déontologie de demain, cela me paraît intelligent et cohérent avec notre époque. »

Adapter son management

Selon Valence Borgia, avocate aux barreaux de Paris et New York, pour que la profession d’avocat se prépare à demain, il faut également qu’elle adapte son management. « Dans l’approche prospective actuelle en France, cet aspect-là est totalement laissé de côté,déplore-t-elle. Or, l’humain est le principal actif d’un cabinet. L’enjeu est d’être à la fois attractif et, par ailleurs, de savoir retenir les talents. » Des talents qui, pour elle, se situent aujourd’hui bien loin des lithographies de Daumier et qui, pourtant, se heurtent encore à un management pyramidal et poussiéreux, peu adapté au rajeunissement et à la fémi-nisation massive de la profession : 43,5 ans d’âge moyen dans les cabinets, et 54 % de femmes avocates d’après les chiffres actuels. Peu d’entre elles, en revanche, accèdent au statut d’associée… « Tout cela pose la question de la rétention des talents, a commenté Valence Borgia. Aujourd’hui, 40 % des élèves avocats qui constituent une promotion auront quitté la profession dans les dix ans. On forme donc à fonds perdus des personnes qui vont ensuite aller nourrir les rangs des directions juridiques. » La nouvelle génération, avide d’équilibre et d’entrepreneuriat, aspirerait désormais à une organisation plus horizontale et souple. Et l’avocate de prendre en exemple le cabinet américain Axiom, qui a fait le choix de trancher dans les coûts de structure en supprimant locaux et collaborateurs pour préférer un modèle d’associés travaillant depuis une plateforme virtuelle, avec des coûts par conséquent plus attractifs. Mais avant d’envisager toutes ces évolutions, il reste à la profession d’avocat une chose essentielle à faire : se mettre au diapason… « Notre profession a longtemps laissé la place à l’intuition, ne serait-ce que pour sa gouvernance. Les avocats ont aujourd’hui besoin de la prospective, car cela nous oblige à passer de l’intuition à la décision rationnelle », avait souligné plus tôt l’ancien président du Conseil national des barreaux, Thierry Wickers, saluant au passage la création en 2004 d’un observatoire allant dans ce sens au sein du CNB. « Mais sans organisation collective, il n’y aura pas de réflexion prospective possible. Il nous faut regarder l’avenir ensemble, nous doter d’objectifs communs. »

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format