Menu
S'identifier

« Nous, avocats européens, croyons fermement en l’Union européenne »

Le Conseil des barreaux européens (CCBE) a organisé le 21 octobre dernier à Paris un colloque sur « l’innovation et l’avenir de la profession d’avocat ». Une journée de réflexion et d’échanges au cours de laquelle il a été question de l’avenir de la justice, des services juridiques, des cabinets d’avocats et des barreaux en Europe. Morceaux choisis.

« C ’est le continent européen des avocats qui est présent », a lancé le président du CCBE, Michel Benichou, saluant la participation de nombreux membres de délégations de barreaux européens au colloque organisé vendredi 21 octobre à Paris par l’institution représentative des avocats en Europe. Avant de s’adresser plus directement au ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, qui avait également répondu à l’invitation du CCBE : « Nous ne croyons pas en matière judiciaire à unhard Brexitet nous souhaitons que les libertés de circulation et d’établissement [des personnes] soient préservées ». Il a également fait part des préoccupations des avocats « en matière de droits de l’Homme en Europe, du fait de politiques sécuritaires exacerbées », pointant du doigt la situation en Pologne et en Turquie, ainsi qu’en ce qui concerne « l’accès à la justice et au droit des migrants et des réfugiés : nous demandons aux gouvernements européens l’accès au droit et donc à l’avocat dès les hot spots ». « Plus de 200 volontaires » ont répondu à l’appel lancé par le CCBE pour assurer la présence d’avocats au sein du hot spot de Lesbos mais « nous ne pouvons pas maintenir ce dispositif sur le long terme, les barreaux n’en ont pas les moyens », a-t-il ajouté. Avant de conclure : « Nous, avocats européens, croyons fermement en l’Union européenne. »

Un « devoir d’innovation »

Enfin, revenant au thème du colloque, le président du CCBE s’est déclaré confiant en l’avenir. « Nous avons un devoir d’innovation », et « cela ne nous effraie pas », a-t-il lancé. « Nous intégrerons l’intelligence artificielle dans notre pratique, et nous serons toujours là » car « sans l’humain il n’y a pas de justice ». Reste que « le droit n’est pas un produit que l’on peut vendre sur une plateforme sans garanties » parce que « la solution juridique engage et peut changer la vie d’un homme ».

Un hard Brexit aura « nécessairement » un impact

« Nous ne transformerons pas l’État de droit en État de police », a affirmé le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, en réponse à l’interpellation du président du CCBE, et « nous avons veillé à ce que votre secret professionnel soit préservé dans la loi antiterroriste de juin 2016 et dans la loi renseignement ». Quant à la perspective d’un “hard Brexit” et son impact sur la liberté de circulation et d’établissement entre l’Union européenne et le Royaume-Uni, « il y aura nécessairement des conséquences », a répondu le ministre.

L’avocat, « un marqueur de la civilisation »

En ce qui concerne l’innovation et la profession d’avocat, « l’offre de services doit être repensée à l’aune de l’accès à la connaissance », a-t-il pointé, et « il faudra de plus en plus asseoir votre fonctionnement sur votre plus-value ». De son côté, la chancellerie n’exclut pas le recours par les juridictions à des solutions basées sur l’intelligence artificielle « pour harmoniser la réparation du préjudice et, notamment, du préjudice corporel », a expliqué le garde des Sceaux. Avant de conclure : « le droit n’est pas une marchandise » et « parce que l’avocat est un marqueur de la civilisation en France comme en Europe, je n’ai aucun doute sur votre avenir ».

L’impact de la technologie sur le métier

Au cours de l’atelier consacré à l’avenir des barreaux, le vice-président de l’International Bar Association (IBA), Martin Solc, a souligné l’impact de la technologie « sur les problématiques de sécurité » auxquelles sont confrontés les praticiens, ainsi que « sur le contenu du métier ». « Nous nous sommes comportés comme des “fat cats” pendant des années, et ce que nous disent les technologies aujourd’hui, c’est que notre travail peut être fait pour moins cher », a-t-il déclaré.

Dissocier la régulation et la représentation de la profession ?

Martin Solc a également estimé qu’il fallait dissocier les fonctions de régulation et de représentation de la profession qu’assurent aujourd’hui les barreaux : « cela va devenir problématique à l’avenir car, avec la montée du populisme et des menaces sur l’État de droit, nous allons devoir nous battre contre les gouvernements à un moment ou un autre ». Un avis que ne partage pas Michel Benichou : « En réalité, il existe déjà une co-régulation entre le barreau et l’État partout en Europe, et je pense que le barreau peut tout à fait assurer à la fois la régulation et la représentation de la profession. »

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format