Menu
S'identifier

Tendances

C’est un fait, depuis quelques années le client est devenu plus exigent. Il n’est plus rare qu’il mette en compétition plusieurs cabinets sur un même dossier, qu’il compare les honoraires, les prestations, qu’il demande à suivre le dossier. Peu de cabinets sont encore les conseils exclusifs d’une entreprise, celle-ci préférant multiplier ses cartes. Le conseil extérieur, qui jusqu’à présent bénéficiait d’une image de gourou du droit, voit cette aura singulièrement réduite.

Il est devenu un fournisseur de prestations qui doit savoir se faire valoir.

Doit-on y voir un phénomène parallèle à la reconnaissance des rôle et place du juriste au sein de son entreprise ? Peut-être bien. Même formation, expérience similaire, les jeunes juristes font souvent aujourd’hui le choix de l’entreprise et les migrations cabinet-entreprise ne sont plus l’exception. D’ailleurs les statistiques de l’APEC montrent que le nombre de postes de juristes ou fiscalistes offerts chaque année est de l’ordre de 1 000 dont 64 % en entreprise. La famille juridique s’agrandit dont : 160 juristes chez Elf Aquitaine, 130 chez Alcatel NV, 130 pour La Poste, 110 chez Saint-Gobain, etc. L’empêcheur de tourner en rond est mort au profit d’un juriste, garant de la sécurité juridique de l’entreprise. Il intervient de plus en plus en amont et est, s’il sait y faire, associé à la stratégie de l’entreprise. A lui de démontrer que le juridique peut être un centre de profit et non de coût pour l’entreprise, et qu’une équipe étoffée s’impose : il revient moins cher de faire le maximum de travail in-house et de ne recourir aux conseils extérieurs que ponctuellement, pour le contentieux (puisque le droit de représenter son entreprise est encore refusé au directeur juridique). Reste que le recours aux conseils extérieurs se justifie pour certaines spécialités du droit quand les compétences font défaut en interne ou les “coups” qui requièrent des équipes plus importantes. La volonté affirmée est de tendre vers l’auto-suffisance. Pourtant, que ce soit à Bruxelles ou dans les hautes administrations nationales, l’absence dans les entreprises de juristes suffisamment compétents est encore fortement déplorée. La crise économique aidant, les budgets ont été serrés. Tous les postes en souffrent. Si cette année, les recrutements n’ont été le plus souvent que des remplacements, le budget “conseils extérieurs” a plus encore été touché. Certains avocats d’affaires sont convaincus que leurs revenus vont se tasser ces prochaines années et même si une timide reprise a été enregistrée sur la place ces derniers mois, il est à prévoir une stagnation générale. Heureusement de nouveaux créneaux du droit s’ouvrent permettant ainsi l’arrivée d’air frais !

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format