Menu
S'identifier

Point de vue… |

Distribution sélective et places de marché : suite et (pas encore) fin

Image
Le 6 décembre 2017, la Cour de Justice de l’Union Européenne a affirmé dans son arrêt Coty Germany1 qu’un fournisseur de produits de luxe peut interdire à ses distributeurs agréés de vendre sur des places de marché telles qu’Amazon ou eBay, sous réserve du respect des conditions de l’arrêt Metro2 : critères objectifs de caractère qualitatif, fixés de manière uniforme et appliqués de façon non-discriminatoire.

La CJUE a considéré qu’une telle interdiction est appropriée et proportionnée à la protection de l’image de luxe des produits.

Le 28 février 20183, dans un litige engageant le réseau français de Coty, la Cour d’appel de Paris s’est alignée sur la position de la CJUE. Coty avait assigné Showroomprivé (plateforme de e-commerce) pour vente de certains de ses parfums de luxe via son réseau de distribution sélective sans être agréée au réseau.

Showroomprivé soutenait être dans son droit, le réseau de distribution de Coty étant selon elle illégal en raison de plusieurs restrictions caractérisées par le règlement UE n° 330/2010, notamment l’interdiction du recours à la vente internet via des plateformes ou places de marché.

Pour la Cour d’appel, la clause interdisant de commercer sur des plateformes tierces " est […] appropriée pour préserver l’image de luxe [des produits de Coty] et ne dépasse pas ce qui est nécessaire pour atteindre l’objectif poursuivi, car elle n’interdit pas de manière absolue aux distributeurs agréés de vendre sur Internet les produits contractuels ".

La solution est claire tant au niveau européen qu’au niveau national désormais : le fournisseur de produits de luxe peut en interdire la distribution sur des plateformes tierces4.

Néanmoins, la juridiction française, comme la CJUE, laisse deux questions en suspens, pourtant d’une particulière acuité pour les têtes de réseaux sélectifs.

La première est le cas où la plateforme tierce remplirait les critères sélectifs qualitatifs applicables au sein du réseau. Ces critères devant être appliqués de façon non discriminatoire, la plateforme devrait être autorisée à distribuer les produits.

Il convient de rappeler à cet égard que l’Autorité de la concurrence française avait estimé, dès 2014, concernant la distribution de produits bruns5, " que les sites de places de marché avaient la capacité de satisfaire aux critères qualitatifs des produits ".

La seconde touche à l’essence de la distribution sélective. Ce mode de distribution est admis pour les produits de luxe mais également pour des produits de " haute qualité " ou de " haute technologie ". Ces derniers produits n’ont pas " d’image de luxe " telle que l’entendent la CJUE et la Cour d’appel de Paris.

Cela signifierait-il alors que les fournisseurs de ces produits ne pourraient pas en interdire la distribution sur des plateformes tierces ?

La DG Concurrence de la Commission Européenne n’est pas de cet avis. Selon elle6, l’arrêt Coty n’exclut pas qu’une interdiction des plateformes soit valable pour des produits de haute qualité ou de haute technologie. Il faudra cependant effectuer une " analyse au cas par cas " au regard des critères de Métro, en prenant en considération les " objectifs poursuivis " par l’interdiction et la position exprimée par la CJUE " relatives au caractère approprié et proportionné " qui seraient applicables à ces catégories de produits. Certes la DG concurrence ajoute que l’interdiction des plateformes tierces ne serait pas une restriction de concurrence par objet mais la perspective d’analyses au cas par cas offre une sécurité juridique limitée aux têtes de réseaux de produits de haute qualité et de haute technologie.

(1) CJUE, Coty Germany, 6/12/2017, C-230/1 (p. 6)

(2) CJCE, Metro, 25/10/1977, ECR I977-0187 (p. 5)

(3) Cour d’appel de Paris, 28/02/2018, n° 16/0226 (p. 3)

(4) La Cour d’appel rejette également les prétentions de Showroomprivé relatives aux ventes aux CE, reventes aux distributeurs non agréés et nouveaux produits

(5) Décision 14-D-07, 23/07/201 (p. 4)

(6) Competition Policy Brief 2018 01 – April 2018 – EU competition rules and marketplace bans: where do we stand after the Coty judgment?

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format