Menu
S'identifier

CE QUE GAGNENT LES CONSEILS JURIDIQUES

Des rémunérations élevés, supérieures en moyenne à celles des avocats d’affaires. Cela sous l’influence des cabinets étrangers, américains notamment. Et une individualisation au mérite assez forte. Tels sont les enseignements de l’enquête sur les rémunérations dans les principaux cabinets de conseils juridiques que nous publions cette semaine.

La fourchette des rémunérations des conseils juridiques interrogés est large. Elie va de 9 à 10 000 francs environ pour un débutant chez Feugère et Associés à 400 000 francs environ pour le resident partner de Shearman & Sterling. Davantage que chez les avocats d’affaires que nous avions interrogées dans notre édition précédente, le mérite est un élément déterminant de la rémunération des conseils juridiques. Un certain nombre de cabinets interrogés ont d’ailleurs souvent refusé de nous donner une indication chiffrée des rémunérations de leurs collaborateurs après 3 à 6 ans d’expérience, faute d’uniformité. Les écarts sont très importants. Chez Slaughter & May, par exemple, un collaborateur après trois ans d’expérience peut gagner entre 25 000 et 45 000 francs environ.

Ces rémunérations élevées, y compris pour les débutants, s’expliquent par la présence massive de cabinets étrangers, américains et anglais notamment, qui tirent les salaires vers le haut. Et par le fait aussi que certains conseils sont payés en dollars.

Les débutants

La fourchette de leurs rémunérations va de 9 000 francs chez Feugère, un cabinet français, à 20 000 francs chez Salans, Hertzfeld, Heilbronn & Van Riel, un cabinet américain. Un écart important qui s’explique par la tendance assez marquée à individualiser les rémunérations en fonction du diplôme du débutant. Un diplôme américain accompagné d’une formation, même de courte durée dans un cabinet outre-Atlantique, est un plus qui se monnaie. La moyenne se situe aux alentours de 14 000 ou 15 000 francs bruts mensuels. Certains cabinets se singularisent en rémunérant leurs nouveaux collaborateurs de manière quasi-uniforme. C’est le cas par exemple chez Baker McKenzie, où les débutants perçoivent une rémunération voisine située entre 12 et 13 000 francs. Dans ce cabinet, cette politique égalitaire pour les débutants s’atténue ensuite au profit du mérite. Après trois ans en effet, les collaborateurs bénéficient d’un intéressement sur leurs propres résultats (leur chiffre d’affaires généré) qui peut aller de 20 000 à 180 000 francs annuels.

Après trois ans d’expérience

Les salaires s’échelonnent en général entre 25 000 et 30 000 francs dans les cabinets qui ont accepté de nous répondre. Ce qui correspond à une progression annuelle d’environ 25 à 30 % de leurs rémunérations. L’écart se creuse sous l’effet du mérite. Et le haut de la fourchette peut monter jusqu’à 40 000 francs, voire plus.

Après six ou sept ans d’expérience

Les rémunérations là encore sont variables en fonction des compétences et de la notoriété. Elles se situent en général à 45 000 francs pour les plus faibles. Et peuvent grimper jusqu’à 70 000 environ chez Freshfields ou un peu moins chez Shearman & Sterling.

Les associés

Les écarts sont en général encore plus grands. Il n’est pas rare d’avoir une différence de un à trois entre la rémunération d’un associé débutant et celle d’un senior partner (voir encadré).

Dans un grand cabinet américain, le nouvel associé pourra dépasser le million de francs annuel, alors que le senior partner atteindra les 4 ou 5 millions de francs comme chez Shearman & Sterling, un des rares cabinets avec Baker & McKenzie et Salans, Hertzfeld. Heilbronn &Van Riel, à voir accepté le livrer leurs rémunérations.

Associés : à chacun sa formule

Associé mondial, associé du bureau parisien, associé évoluant à l’intérieur d’une grille ou au contraire selon ses propres résultats… les formules d’association sont nombreuses. En voici quelques-unes.

Baker & Mckenzie : l’association s’opère par bureau et non au niveau mondial. Chacun des huit associés actuellement à Paris génère son propre résultat qui entre en ligne de compte pour la détermination de son bénéfice. Mais une pondération globale vient ensuite atténuer cette individualisation. Résultat : une fourchette entre 800 000 et 1,6 million de francs. Il n’y a pas de différence de rémunération entre américains et français et tous sont payés en francs.

Shearman & Sterling : L’associé perçoit une part du bénéfice mondial du cabinet. On peut devenir associé après 8 ou 9 ans environ de collaboration. L’associé a le choix entre être payé en dollars ou en francs. La fourchette va de deux à cinq millions de francs d’après William Lee, senior partner du bureau parisien, en fonction de “l’âge de l’expérience, de la clientèle, du punch, du bonus de chacun”.

Le cabinet revendique une certaine transparence dans la connaissance des rémunérations des associés.

Freshfields : L’association s’effectue au niveau mondial, après six ans au moins de collaboration. Il y a donc une seule catégorie de partnership. Un nouvel associé disposera d’un pouvoir de décision analogue à son aîné en vertu de la règle un homme une voix dans les prises de décision. L’associé débutant enregistrera un “saut considérable” en matière de rémunération, affirme Yves De Mahenge, senior partner (après six ans d’expérience, le collaborateur est au mieux à 800 000 francs annuels). Le système d’association s’apparente à une grille d’évolution de carrière avec un sommet que l’on atteint mécaniquement au bout de dix ans d’association. Le nouvel associé dispose, en effet, au départ d’une sorte de capital de 20 points. Il gagnera ensuite deux points par an automatiquement chaque année pendant dix ans. Arrivé à ce terme, il plafonnera au niveau de rémunération où se situent tous les associés qui ont dix ans d’ancienneté.

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format