Menu
S'identifier

LES ENARQUES DANS LES CABINETS

Michel JOBERT, Promotion 1948

Michel DURAND, 1949

Michel AURILLAC, 1953 (cabinet Vovan et Associés)

Jean-Patrice de La LAURENCIE, 1970 (cabinet Coudert Frères)

Jean-Claude PIEDBOIS, 1975 (Tribunal administratif)

Claude-Louis RICHARD, 1975 (cabinet Richard)

Yves DE GAULLE, 1977 (Fidal)

Frédéric THIRIEZ, 1977 (cabinet Fabiani, Lyon-Caen, Liard)

Philippe CHAIX, 1979 (Desfilis)

Emmanuel ROSENFELD, 1983 (Salans)

Antoine WINCKLER, 1983 (Cleary Gottlieb)

Laurent DERUY, 1985 (Gide)

Pascale ROUAST-BERTIER, 1986 (cabinet Coudert Frères)

Régis TURRINI (1989) (Cleary Gottlieb)

A l’instar d’autres secteurs de la vie économique, les professions juridiques attirent de plus en plus d’énarques. Le phénomène est, certes, encore récent. Ils ne sont qu’une quinzaine environ à travailler dans les cabinets d’affaires ou de conseils juridiques, mais ce nombre devrait encore augmenter. Pourquoi ? Goût accru du privé et des possibilités de carrière qu’il offre. Mais pour un bon nombre d’énarques, travailler dans un cabinet était souvent un choix délibéré dès la sortie de l’ENA, et non pas une voie de repli après avoir du subir les rigidités de la Fonction publique. “J’avais une sainte horreur de l’administration”, explique même Emmanuel ROSENFELD, avocat, dont le père avait un cabinet assez important, qui s’occupe du contentieux au cabinet de conseils juridiques Salans & Associés. Laurent DERUY, collaborateur au cabinet Gide, n’est pas étonné de l’arrivée de ses condisciples dans le secteur. “Il est peut-être moins illogique que des énarques ou des polytechniciens, qui se sont occupés de réglementation et de problèmes normatifs, aboutissent dans des cabinets plutôt que de voir des énarques dans les banques gérer des instruments financiers.”

Un des freins à la poursuite du mouvement réside sans doute dans l’attitude de l’administration elle-même : “ces départs sont mal perçus, car on considère que c’est une sorte de trahison d’aller dans un cabinet où l’on va faire du fric”, ajoute Laurent Deruy. La preuve : un énarque qui vient de quitter récemment la Cour des Comptes requiert l’anonymat pour ne pas encourir les foudres de son corps d’origine.

Sont-ils recrutés essentiellement sur l’aura de l’ENA ? “Pas du tout, objecte Jean Loyrette, on recrute un énarque, parce qu’on pense qu’il est à même de pouvoir se spécialiser en droit public”, même s’ils ne font pas tous du droit public. Avis qui n’est pas totalement partagé par Antoine WINCKLER, du cabinet Cleary Gottlieb : “le titre ENA m’est très utile, dit-il franchement, surtout l’étiquette et le réseau de contacts qu’il me procure”. Philippe LAIGRE, du cabinet Barthélémy & Associés (voir Lawyers p. 2) confirme que “c’est un plus vis-à-vis des clients”. On a fait appel à ses services essentiellement parce qu’il est un spécialiste du droit social et plus particulièrement de la couverture sociale complémentaire, spécialité qu’il avait acquise au ministère de la Santé. La connaissance des rouages de l’administration est également très appréciée de leurs employeurs.

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format