Menu
S'identifier

GUERRE DE POUVOIR DANS LES BONNES FAMILLES

La Saga Gallimard (qui vient de connaître un dernier rebondissement avec l’annonce par Françoise Gallimard de la mise en vente des 12,5 % du capital de Gallimard) semble être engagée dans une impasse juridique du moins temporaire. En 1987, Claude Gallimard a cédé quelque 20 % du capital à son fils Antoine (lui donnant ainsi la minorité de blocage) à un faible prix. Le fils aîné, Christian, en a pris ombrage et a, dans le plus grand secret, lancé une procédure de curatelle visant à faire déclarer son père incapable majeur afin d’annuler la cession des titres à Antoine. Il faudrait pour cela que l’incapacité remonte à 1987, ce qui semble difficile à obtenir, bien que Claude Gallimard soit malade depuis deux ans. En fait, la véritable “fenêtre de vulnérabilité” d’Antoine s’ouvrira au décès de son père. Françoise (qui ne s’associe pas à la procédure de curatelle) et Christian contesteront alors la succession au motif que la cession à bas prix de 20 % du capital à Antoine les aurait lésés et contrevient au principe d’égalité entre les héritiers. La maison Gallimard a traditionnellement recours aux services de Georges Kiejman, qui n’a pas réussi cette fois à mettre les enfants d’accord bien qu’il fût implicitement chargé d’une mission de bons offices. L’avocat d’Antoine, le président en place, est Me Hebey. Christian, le frère aîné évincé de la maison en 1983 a pour avocat Me Jolibois. Quant à Françoise, elle avait jusqu’ici pour conseil Me Gorny qu’elle a l’intention de quitter. A noter, une estimation de la valeur de Gallimard a été confiée à la banque américaine Ansbacher qui s’est fait assister du cabinet parisien de juristes Willkie Farr & Callagher.

Le même genre de dissensions affecte la famille Pétrossian, dont la société dispose du quasi monopole d’importation du célèbre caviar soviétique. Christian Pétrossian qui avait été évincé en décembre de son poste de président par les autres membres de la famille, les a assignés en référé devant le Tribunal de Commerce de Paris. Il a demandé qu’un mandataire de justice soit nommé pour faire une enquête sur la situation de l’entreprise. Son avocat Me Sonier a expliqué que ces dissensions mettaient l’entreprise en danger en inquiétant les fournisseurs. Une ordonnance sera rendue sous quinzaine. L’avocat des autres membres de la famille est Jean-Bernard Thomas, assisté de Gérard Prouheau..

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format