Menu
S'identifier

LE SENS DE L’ÉTRANGER !

Entretien avec Jacques Buhart, associé du cabinet Coudert Frères et nouveau président de la section Droit des affaires de l’International Bar Association

LJA : Vous venez d’être élu à la tête de la section Droit des affaires de l’ International Bar Association. C’est la 1ère fois qu’un Français occupe une telle place dans cette organisation au sein de laquelle vos confrères hexagonaux sont peu impliqués, lui préférant souvent la francophone UIA. Comment expliquez-vous cette situation ?

Jacques BUHART : Il est indéniable que les avocats français sont aujourd’hui plus impliqués dans l’UIA, organisation notamment soutenue par le barreau de Paris, que dans l’IBA, perçue comme par trop anglo-saxonne. Ainsi, et contrairement à l’UIA, la langue de travail de l’IBA est l’anglais. Or, la non pratique de cette langue par mes confrères français a longtemps été une barrière forte à leur adhésion. Mais ce frein a aujourd’hui tendance à s’estomper. La jeune génération maîtrise de mieux en mieux la langue de Shakespeare. Ça leur est d’ailleurs devenu indispensable.

En outre, je crois que ma nomination à ce poste témoigne de la volonté de l’IBA de corriger cette image anglo-saxonne, et de continuer à s’internationaliser. Pour être franc, je ne pense pas que j’aurais été élu si je n’avais pas été d’origine française !

LJA : Quels arguments avanceriez-vous pour convaincre vos confrères français d’adhérer à l’IBA ?

Jacques BUHART : D’abord, je crois que les avocats français auraient, sur le plan individuel, beaucoup de choses à apprendre des différents séminaires que peut organiser l’IBA. Deux éléments me permettent d’avancer une telle assertion : d’une part, le sérieux des travaux de l’IBA, que nul ne conteste aujourd’hui. D’autre part, le caractère très international de cette association, qui constitue de fait un incomparable outil de veille sur l’évolution tant de notre profession que de notre métier à travers le monde. Je crois que les avocats français pâtissent traditionnellement d’un manque de « sens de l’étranger ».

Ensuite, je suis persuadé que les avocats français ont également, sur un plan plus collectif, beaucoup à gagner à participer aux travaux de l’IBA. J’entends par collectif la promotion du droit français, qui nous concerne tous. Pour être efficace, il est indispensable que cette promotion se fasse dans les forums internationaux, et non en petit comité franco-français. Et surtout, elle doit se faire en langue anglaise, sous peine de limiter drastiquement son audience. Ce qui serait dommageable, tant nombre de dispositions de notre Code civil sont on ne peut plus adaptées à la vie économique contemporaine.

LJA : Ce manque de sens de l’étranger que vous évoquiez à l’instant explique-t-il le fait que les cabinets français n’arrivent pas, en général, à tirer leur épingle du jeu en « terrain adverse » ?

Jacques BUHART : Les raisons sont multiples. Pour avoir des prétentions internationales, un cabinet doit compter dans ses rangs des avocats internationaux. Avoir des bureaux à l’étranger avec des avocats non indigènes, ce n’est pas être un cabinet international. Les Américains avaient, dans un premier temps, commis eux aussi cette erreur stratégique. Ils ont su la corriger.

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format