Menu
S'identifier

Plusieurs cabinets sur la scission de Kingfisher et l’introduction en Bourse de Kesa

Une phase importante de la saga Kingfisher est sur le point de s’achever. Le recentrage du groupe britannique sur le bricolage, marqué notamment par la finalisation de l’acquisition de Castorama il y a un an, aboutit aujourd’hui à la naissance de Kesa Electricals (Darty, But, Comet) et à son introduction concomitante sur le London Stock Exchange et au premier marché de la Bourse de Paris. Selon les termes de la scission, chaque actionnaire de Kingfisher conservera ses actions et recevra gratuitement une nouvelle action Kesa pour chaque action Kingfisher détenue.

Après avoir conseillé Kingfisher sur l’acquisition de Darty en 1993, puis sur l’acquisition en deux temps de But en 1995 et 1998, Freshfields Bruckhaus Deringer avait géré la première tranche d’acquisition de Castorama au dernier trimestre de 1998 et l’OPA de l’été dernier (Lja n° 608). Peu après le retrait de la cote du groupe français au printemps (Isabelle Mac Elhone), un coup d’accélérateur a été mis sur le chantier de scission. Les premiers projets de cession ont été finalement remplacés par le projet d’introduction en bourse. Pour la première fois depuis le nouveau régime de 2002, le visa donné par la COB l’a été sous le régime de la reconnaissance mutuelle. À noter aussi : l’agrément fiscal obtenu, qualifié d’« historique » par les avocats. Chez Freshfields à Paris, le dossier est coordonné par Arnaud Pérès. Alan Mason, Anne Lemercier, Natacha Marty, Pauline Crouzillat et Élodie Luce sont intervenus sur les aspects corporate. James Vaudoyer, associé, Thierry Mourruau et Patrick Tardivy ont géré les aspects fiscaux. Sur l’introduction en bourse, c’est Allen & Overy qui est aux côtés des banques co-introductrices (UBS Warburg, sponsor, BNP-Paribas et Lazard). À Paris, Jean-Claude Rivalland et Frédéric Moreau, associés, ont géré le dossier. Ils étaient épaulés par Michael Loy.

D’autres cabinets sont intervenus sur le dossier au cours du processus de scission. C’est notamment le cas de Slaughter & May à Londres et de Bredin Prat à Paris (Sébastien Prat, Yves Rutchman et Patrick Dziewolski), qui ont agi en support, en tant que conseil de Kesa Electricals, essentiellement sur les aspects fiscaux et sur certains aspects corporate.

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format