Menu
S'identifier

L’organisation des cabinets de juristes d’affaires à l’aube du XXIe siècle

L’image traditionnelle de l’avocat beau parleur et individualiste est désormais révolue. Un cabinet d’avocats est avant tout une entreprise au service de sa clientèle. Pour autant, la priorité donnée à la qualité du service rendu n’est en aucune manière incompatible avec le respect des règles déontologiques. Il n’y a rien de contradictoire entre le fait d’exercer la profession en pleine indépendance en se conformant à tous les devoirs d’un auxiliaire de la justice et le souci de rigueur et de professionnalisme.

Or, l’avocat ou le conseil ne peut plus, aujourd’hui, exercer son métier dans de bonnes conditions sans doter son cabinet de l’organisation d’une entreprise moderne, a fortiori lorsqu’il est spécialisé dans le droit des affaires. Pour cela, il ne suffit pas d’investir dans des équipements informatiques et bureautiques de dernier cri. Il faut aussi savoir mettre en place des méthodes d’organisation adaptées à notre pratique.

Un bon cabinet juridique doit également attacher beaucoup d’importance aux procédures de recrutement et de formation de ses juristes ainsi qu’à la documentation et au développement des connaissances. Il doit faire appel à des documentalistes de profession qui sauront dépouiller et analyser l’information nécessaire au traitement des dossiers.

De même avec la clientèle : les cabinets doivent être dotés de structures leur permettant de s’assurer que le service rendu au client est bien adapté à ses besoins, dans des conditions de rentabilité et d’efficacité optimales. Ceci suppose qu’un effort permanent soit entrepris, parallèlement au travail effectué ponctuellement pour le client, afin de mieux cerner ses besoins et la façon de les satisfaire. Dans le langage d’aujourd’hui, c’est ce l’on appelle les “études de marché” et le “service après-vente”. Tout ceci n’est évidemment possible qu’à la condition que le cabinet ait une certaine taille lui permettant de rentabiliser le coût de structures relativement lourdes. Est-ce à dire que les petits cabinets auront vocation à disparaître ? N’y aura-t-il plus de place pour les artisans du droit ? Personne ne peut vraiment le souhaiter mais cette évolution paraît hélas inéluctable, à tous le moins dans le droit des affaires.

* Managing Partner, cabinet Freshfields, Paris

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format