Menu
S'identifier

Jean-Claude Rivalland, co-managing partner d’Allen & Overy

Au sein du bureau parisien d’Allen & Overy, ils sont trois à se partager la fonction de managing partner. Rod Cork, Pierre Gissenger, et Jean-Claude Rivalland, qui en ce mois d’août, assurait une permanence en corporate dans les locaux quasi vides de la firme, boulevard des Capucines.

Jean-Claude Rivalland ne fait pas ses quarante-cinq ans, loin de là. D’ailleurs, le co-managing partner d’Allen & Overy était encore, cette année, membre de l’Association internationale des jeunes avocats (AIJA) et co-président du comité d’organisation de son Congrès de cet été. Jean-Claude Rivalland n’est donc plus un jeune avocat. Il a pourtant gardé une tête de jeune premier. A voir son air sage et son regard encore timide, on ne peut que s’étonner d’entendre ce partner en corporate d’Allen & Overy décrire sa déjà longue carrière.

Signe distinctif : ancien de Gide

Car Jean-Claude Rivalland est d’abord et avant tout un ancien. Un ancien de Gide. Ceux qui connaissent la maladie la comprendront aisément. Quand on est passé par le cabinet français, on le brandit tel un tatouage…. Et dans cette catégorie, le managing partner du bureau parisien d’Allen & Overy ne déroge pas à la règle. Il est un ancien d’abord.

Mais aussi un fidèle. En plus de vingt ans de carrière, Jean-Claude Rivalland aura, de fait, connu deux cabinets : Gide Loyrette Nouel, et Allen & Overy. Une stabilité exceptionnelle dans ce monde des avocats d’affaires. Un trait de caractère dont on peut trouver facilement l’origine : ce fils unique, de notaire, n’aime pas choisir. Une manière de fonctionner qui l’a poussé, de manière évidente, vers la faculté de droit après son baccalauréat : « Il s’agissait d’une solution de facilité qui me permettait de retarder au maximum le moment où j’allais décider mon orientation professionnelle. Le droit était l’option qui me laissait finalement le plus d’options ». Pour cette même raison, il choisira un troisième cycle à science-po, plutôt qu’une admission à HEC. Un parcours généraliste qui l’amène, finalement, chez Gide Loyrette Nouel dès 1987, comme stagiaire.

C’est le début d’une évolution de dix ans dans le cabinet français : après un détachement chez Simpson Thacher Bartlett à New York, un mariage avec celle qui deviendra gérante de salon d’esthétique, et deux fils - Romain et Paul - en 1996, il devient associé. Il a, aussi, longtemps refusé de choisir entre les droits de la concurrence et celui des fusions-acquisitions, ses deux amours professionnels. Deux matières qu’il a pu exercer de concert, chez Gide à ses débuts et jusqu’à son départ pour Allen & Overy en 1999. Ce tournant dans sa carrière, cette fois, fut un choix. Douloureux.

En 1998, le jeune associé espère encore que la vague de départ des plus anciens va enfin « mettre fin à la baronnie qui régnait dans le cabinet ». « Il s’agissait essentiellement d’un conflit générationnel », concède Jean-Claude Rivalland. Mais l’avocat, peut-être trop pressé, est déçu. « La fluidité que j’espérais ne s’est pas produite. Mais j’ai peut-être été trop impatient ». Une ombre de regret qu’il balaye. Son équipe avait déjà décidé de quitter le navire.

Allen & Overy : le nouveau défi

Direction Allen & Overy, le best friend de Gide. Le cabinet vient alors de s’installer véritablement en France un an plus tôt, avec une équipe Marchés de capitaux, et Rod Corke à sa tête. Edouard Didier, Nicolas Bichot, Jean-Claude Rivalland et leurs cinq collaborateurs, tous issus du mastodonte français, les rejoignent un an plus tard pour créer le département corporate. Au moment où Jean-Claude Rivalland intègre Allen & Overy, il renonce de fait à sa double compétence et décide de se consacrer uniquement au M & A : « Je souhaitais également développer mes compétences en matière de sociétés cotées, ce que nous ne faisions pas chez Gide ». C’est à l’arrivée de cette équipe corporate, en 1999, que le bureau parisien d’Allen & Overy a véritablement débuté.

Pendant plusieurs mois, avant l’installation Boulevard des Capucines, la petite équipe en corporate partage un bureau à cinq. Chaque soir, Jean-Claude Rivalland et ses associés mènent des entretiens d’embauche et rencontrent les avocats, pour la plupart encore débutants, qui devaient par la suite constituer l’équipe du bureau parisien. « Une phase passionnante, nous avons tout construit à partir de rien ».

Le cabinet devient full service

En dix-huit mois, des équipes en droit social, fiscal et concurrence viennent ainsi renforcer le bureau. Puis en 2000, l’équipe droit public de Noël Chahid-Nourai les rejoint. « A ce moment, là, donc en moins de deux ans, le cabinet était devenu potentiellement full service ».

Aujourd’hui, si la firme est surtout réputée pour ses activités en Marchés de capitaux, Jean-Claude Rivalland et son équipe ont développé le corporate à l’international, notamment au service d’une clientèle scandinave et anglo-saxonne, dans les domaines de la banque et de la santé. « Allen & Overy est aujourd’hui essentiellement réputé pour son activité en bancaire. Notre objectif est de nous positionner plus fermement en corporate et d’élargir encore notre offre de service ».

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format