Menu
S'identifier

Antoine Colonna d’Istria, managing partner de Freshfields

Formé à New-York, ancien de Gide Loyrette Nouel, Antoine Colonna d’Istria, 46ans, est managing partner de Freshfields Bruckhaus Deringer Paris depuis mai 2007. Portrait d’un fiscaliste discret.

Un corse à la tête de Freshfields ? Et pourquoi pas ? Antoine Colonna d’Istria a pris ses fonctions de managing partner il y a deux ans. L’identité corse, il ne la revendique pas particulièrement, même s’il appartient à une très ancienne et aristocratique famille de l’Ile de Beauté. Il faut l’interroger à l’issue du récit de sa carrière, insister même, pour qu’il accepte d’y réfléchir et confie que, finalement, « la ténacité et un caractère un peu taciturne sont peut-être bien des traits caractéristiques de la psychologie corse ». Mais ne cherchez pas l’accent, il ne l’a pas ! Costume sombre, chemise blanche ouverte, allure sportive, ce fiscaliste de 46ans a tout de l’avocat d’affaires parisien. Sa spécialité ? La fiscalité.

Des mathématiques au droit fiscal

« Au lycée, j’étais un fort en maths ! D’ailleurs, ma famille n’a pas compris que je passe un bac C pour finalement me retrouver en fac de droit. Il n’y avait pas de juriste chez nous », confie-t-il. « En fait, l’idée m’est venue lors d’un tour des Etats-Unis quand j’avais 18ans. Ce pays m’a fasciné et j’y ai découvert, notamment, l’importance du droit. Le matheux que j’étais s’est alors naturellement tourné vers le fiscal ». En1986, son DESS de fiscalité de Paris 2 en poche, il entre comme stagiaire chez HSD Arthur Young. Puis l’appel des Etats-Unis se fait sentir. Son dossier est retenu dans le cadre du prestigieux LL.M Taxation de la New York University of Law. Il en est fier : « A l’époque ce master était réservé aux étudiants américains. J’ai quand même tenté ma chance et j’ai été pris ». Dans la foulée, il est admis au barreau de New York en 1988, et rejoint le cabinet Roger & Wells, ce même cabinet qui a fusionné avec Clifford Chance en 2000, et dans lequel il exercera pendant deux ans. Mais la France lui manque. Retour à Paris où il intègre Gide Loyrette Nouel en mars 1991. Il se souvient de ses camarades d’alors : « Je travaillais avec Richard Beauvais, Philippe Derouin, Eric Ginter, Hervé Pisani, Olivier Diaz… ». Excusez du peu. En1998, Gide lui ouvre enfin l’association. Mais les temps changent, les tensions se font sentir au sein du cabinet français, un conflit générationnel disent certains, conflit qui en tout cas provoque une vague de départs.

Le départ de Gide pour Freshfields

Antoine Colonna d’Istria choisit alors, comme de nombreux confrères, Freshfields. « J’ai choisi Freshfields parce que plusieurs anciens de Gide s’y trouvaient déjà, mais aussi parce que j’ai rencontré les associés du cabinet à Londres. Je les ai trouvés exceptionnels et j’ai notamment apprécié la liberté qu’ils laissaient aux associés parisiens ». C’est à cette époque que le cabinet franchit un cap historique en fusionnant avec Bruckhaus, la structure allemande que briguait justement Gide… Etrange clin d’œil du destin ! Responsable du groupe fiscal en2001, il devient membre du Finance committee mondial de Freshfields en2005, puis est le premier français à intégrer le Practice committee monde, lorsque, en mai 2007, Antoine Colonna d’Istria devient managing partner du cabinet. « Je ne l’ai pas cherché, on me l’a demandé. Déjà au lycée, mes camarades venaient me voir pour que je sois délégué de classe. Il faut croire que j’ai une bonne mine et que les gens me font confiance », avoue-t-il, un brin intrigué par cette popularité qu’il ne semble pas rechercher particulièrement.

Un managing partner exigeant

Il estime que la fonction lui prend en moyenne un tiers de son temps. Et s’il regrette un peu la lourdeur du processus décisionnel dans une structure de la taille de Freshfields, il aime en revanche aller vers les autres, découvrir les métiers différents qui participent du succès du cabinet et faire en sorte que chacun soit en mesure de donner le meilleur de lui-même. « C’est un professionnel très exigeant qui n’aime pas l’erreur », raconte un ancien de Freshfields. « Certains lui reprochent de n’être pas un drôle, mais ce qui est sûr, c’est qu’il s’agit d’une personne sur laquelle on peut compter ». Sur la situation du cabinet et la « restructuration » récente, il n’élude pas. « Cela correspond à une politique décidée au niveau monde. Nous sommes passés de 500à 400, associés en tout, et de 40à 28à Paris. Il s’agissait de nous recentrer sur notre cœur de métier. La situation économique mondiale nous a donné raison ».

Et quand il n’est pas avocat, que fait-il ? « Mon principal hobby, c’est ma femme et mes trois enfants », répond-il avec une spontanéité touchante. « A part cela je fais beaucoup de sport et j’appartiens à une troupe de théâtre amateur depuis cinq ans. Le théâtre m’a beaucoup apporté sur le plan personnel ». Au fond, il n’est pas si taciturne que cela, le managing partner corse de Freshfields. Un peu réservé, tout simplement.

Carte d’identité

Freshfields

Création à Paris : 1972

Naissance à Londres : 1743

Nombre d’associés à Paris : 28

Nombre de collaborateurs à Paris : 156

28 bureaux repartis dans 16 pays

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format