Menu
S'identifier

Jean Castelain, élu bâtonnier désigné

A l’image d’une campagne difficile durant laquelle aucun des sept candidats ne s’est jamais détaché de manière franche, et où deux candidats – Brigitte Longuet, et surtout Jean-Marc Delas –, se sont déclarés très tardivement, le premier tour du scrutin de l’élection du futur bâtonnier de Paris, le 9 décembre dernier, a été extrêmement serré. Sur 8 892 suffrages exprimés, Xavier Normand-Bodard a obtenu 2 048 voix, Jean Castelain 1 436 voix, Brigitte Longuet 1 363 voix, Jean-Yves Dupeux 1 278 voix, Vincent Asselineau 1 216 voix, Jean Balan 979 voix, et Jean-Marc Delas 572 voix. Le deuxième tour a été remporté par Jean Castelain avec seulement 378 voix d’avance (4 608 voix, soit 52,14 % des suffrages exprimés, contre 4 230 pour Xavier Normand-Bodard) sur 8838 suffrages exprimés. Vincent Asselineau et Jean Balan, avaient, au soir du premier tour, officiellement appelé à voter pour le futur vainqueur. Jean Castelain a prêté serment en 1978, à 21 ans, et démarré sa carrière au sein du cabinet de son père, structure de niche dédiée au droit de la presse. Lui se spécialise plus largement en droit d’auteur, et des médias. En 1995, il décide de fusionner sa structure avec celle du cabinet d’affaires de Bernard du Granrut, conscient de l’évolution du marché et de l’internationalisation du droit des affaires. Il pousse rapidement le cabinet de bâtonnier à établir un partenariat exclusif avec le britannique Pinsent, rapprochement que Bernard Vatier et Yves Baudelot, alors associés du même cabinet, contestent. C’est l’explosion de la structure et la création de Granrut Avocats. En 2007, Granrut Avocats lance le réseau international de cabinets d’avocats PMLG. Jean Castelain n’a jamais délaissé ses responsabilités au Conseil national des barreaux et au conseil de l’Ordre, où il a été élu dès 1992. Lors de la campagne, l’avocat aura notamment innové dans son programme en proposant l’instauration d’un poste de vice-bâtonnier, et en faisant ainsi ticket commun avec Jean-Yves Le Borgne, pénaliste reconnu et candidat malheureux lors de ces mêmes élections en 1996. Un tandem gagnant qui a permis aux deux hommes de ratisser large et de conquérir à la fois le barreau d’affaires, par le biais de Jean Castelain, et le barreau plus traditionnel, par le biais de Jean-Yves Le Borgne. Jean Castelain prendra ses fonctions au 1er janvier 2010.

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format