Menu
S'identifier

Allen, Cleary et Freshfields sur le litige Odile Jacob / Lagardère

Victoire en demi-teinte pour Odile Jacob dans sa bataille contre Lagardère et Wendel, après les arrêts du 13 septembre 2010 du Tribunal de l’Union européenne. Au cœur de cette affaire qui agite le monde de l’édition ? Le rachat de VUP il y a six ans.

Retour sur les faits. En septembre 2002, le groupe Lagardère se porte candidat pour acquérir les actifs d’édition de Vivendi Universal Publishing (VUP) auprès de Vivendi. Néanmoins, l’opération nécessitant une autorisation des autorités de concurrence, Lagardère demande à Natixis Banques Populaires d’acquérir à titre provisoire les actifs cible de VUP et de les lui revendre, une fois obtenue cette autorisation. Le 7 janvier 2004, la Commission donne son feu vert, après que Lagardère a pris l’engagement de rétrocéder 60 % des actifs de VUP, et ce afin de limiter sa position dominante. Cinq acquéreurs potentiels se font alors connaître – dont Odile Jacob – mais Lagardère décide d’accorder une exclusivité à Wendel Investissement. Lequel est agréé comme repreneur des actifs rétrocédés par la Commission le 30 juillet 2004. Odile Jacob forme alors deux recours, l’un contre la décision du 7 janvier autorisant la concentration et l’autre contre la décision du 30 juillet 2004 agréant Wendel.

Si le Tribunal de l’Union européenne confirme la régularité de la première décision, il annule en revanche la seconde. Motif ? Le rapport d’évaluation de la candidature de Wendel, au vu duquel cette décision a été adoptée, a été élaboré par un mandataire qui ne répondait pas à la condition d’indépendance requise puisqu’il s’agissait d’un ancien membre du directoire de Natixis. Conséquence : la Commission devra rendre une nouvelle décision. De quoi satisfaire en partie Odile Jacob. Mais avec un bémol pratique : en 2008, VUP, devenu Editis, a été cédé par Wendel à Planeta. Allen & Overy conseillait Odile Jacob avec Olivier Fréget et Michel Struys, associés, assistés de Marie Potel-Saville et Liliana Eskenazi.

Cleary Gottlieb Steen & Hamilton représentait Lagardère avec Antoine Winckler, associé, Frédéric de Bure et Jean-Baptiste Pinçon.

Enfin Freshfields accompagnait Wendel avec Maria Trabucchi, associée et François Gordon.

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format