Menu
S'identifier

Sous les voûtes du musée du barreau de Paris

Avis aux amateurs d’histoire judiciaire. Une page se tourne au musée du barreau de Paris. Ouverture au public, expositions temporaires, conférences-débats, nouvelle politique d’acquisitions… Autant d’initiatives qui portent la même ambition : inviter tout un chacun à ouvrir le grand livre de l’histoire de la justice.

En dépit de la richesse de ses collections, le lieu est longtemps resté confidentiel. Accessible uniquement sur rendez-vous, le musée du barreau de Paris, niché dans la cave voûtée d’un hôtel particulier inscrit à l’inventaire des Monuments historiques, n’accueillait qu’une centaine de visiteurs par an. Mais il a entamé dernièrement une véritable mue, sous l’impulsion de son nouveau conservateur, Emmanuel Pierrat, spécialisé en droit de l’édition et ancien membre du conseil de l’Ordre. « Le musée dispose de collections tout à fait exceptionnelles mais qui étaient très peu accessibles au public et aux chercheurs », explique l’avocat, dont l’ambition est de le transformer en « un musée de l’histoire de la justice ». Un projet qu’il porte avec enthousiasme et qu’il met en œuvre avec Cindy Geraci, docteur en histoire, archiviste et responsable du musée pour le barreau de Paris.

Faciliter l’accessibilité

Depuis début avril, le musée est désormais ouvert au public tous les week-ends et jours fériés – et gratuit pour les avocats parisiens, sur présentation de leur carte professionnelle. En parallèle, l’équipe s’est chargée de sensibiliser la communauté des chercheurs à la richesse du fonds. « Nous avons également commencé à numériser toutes les collections », ajoute Emmanuel Pierrat. Un fonds composé de peintures, de dessins, de sculptures, de photos, d’illustrations et de documents originaux, manuscrits ou imprimés (livres, articles de presse, notes de plaidoiries tirées d’archives personnelles…), réunis grâce à des dons, des legs ou des acquisitions, et qui retracent des pans de la vie judiciaire française de l’Antiquité à nos jours. « Le musée achetait beaucoup de manuscrits, de livres anciens et de tableaux, poursuit-il. J’achète de plus en plus de photos, de cartes postales, d’images populaires et d’affiches de cinéma. Nous sommes ainsi en train de constituer le plus grand fonds d’affiches de cinéma sur la justice. » Et si les salles des ventes restent incontournables, le conservateur, toujours à l’affût de nouvelles pièces, surveille les sites de ventes aux enchères en ligne et a « mis des alertes sur des tas de sites internet, y compris eBay ».

Expositions temporaires et conférences-débats

Autre nouveauté : les expositions temporaires. « Pour faire venir les gens dans un musée, il faut créer des événements, relève-t-il. C’est encore plus vrai pour un musée historique, il faut faire tourner la collection. » Consacrée à Maurice Garçon, la première exposition temporaire a été lancée début 2015, année de la publication du Journal rédigé par l’avocat, essayiste, romancier, historien et aquarelliste, durant la Seconde Guerre mondiale. « La famille a par la suite légué au musée un grand nombre de lettres, ainsi que des aquarelles de procès. » La deuxième exposition, qui se termine fin mai, concerne les grands procès de l’histoire, dont ceux de Louis XVI et Marie-Antoinette, l’affaire Dreyfus et le procès d’Émile Zola, l’affaire Landru, le procès du docteur Petiot, l’affaire Stavisky, le procès de Maurice Papon… La prochaine est prévue en septembre sur le thème ”les femmes à la barre“. Et la suivante sur ”les pièces à conviction“ : « Nous allons pouvoir en emprunter au musée de la police. Prêter et se faire prêter des pièces, c’est quelque chose que nous faisons régulièrement. » En janvier dernier, l’avocat a également lancé les Auditions du musée, des rencontres-débats organisées en soirée autour de thématiques judiciaires – « un lieu pour ”penser la justice“ avec des auteurs, des juristes, des chroniqueurs judiciaires… » – ouvertes à tous sur inscription préalable, en raison de la capacité d’accueil limitée du musée.

Visites guidées et privatisées

Le musée est aussi accessible en semaine, sur réservation, pour des visites guidées de groupes en français ou en anglais (10 personnes minimum, 25 maximum). « La visite dure environ une heure et demie, et il possible d’organiser ensuite une collation dans la cour ou dans l’enceinte même du musée, ou encore de coupler cette visite avec celle du palais de justice, pour ceux qui souhaiterait s’offrir une journée histoire de la justice », ajoute-t-il. Dernièrement, « un cabinet d’affaires a organisé une visite pour des clients », et le barreau en a proposé une « aux membres du conseil de l’Ordre de Belgique, invités chaque année à participer à une réunion du conseil de l’Ordre de Paris ».

Si la satisfaction d’Emmanuel Pierrat à l’idée de partager ce lieu et ses richesses avec ses confrères est réelle, il ne cache pas son désir de contribuer aussi, plus largement, « à restaurer et promouvoir l’image des avocats, montrer le rôle qu’ils ont joué dans la société et qu’ils continuent de jouer ; et c’est pourquoi je m’intéresse aussi beaucoup aux procès contemporains ». Et si jamais le barreau de Paris venait à vendre l’immeuble qui héberge le musée et le stock des collections ? « Après le déménagement vers le nouveau palais de justice, le musée de la police aimerait bien s’installer au 36, quai des Orfèvres ; de la même façon, le musée de la justice pourrait alors s’installer dans le palais de justice, il y aurait toute sa place, non ? »

Musée du barreau de Paris, 25, rue du Jour, 75001 Paris. musee@avocatparis.org. Twitter : @MuseeduBarreau

Découvrez LJA L' Annuaire

  • Se référencer dans l'Annuaire papier + web

    Offrez-vous une vitrine inédite et optimisez votre visibilité !

    Rejoignez la communauté LJA L'Annuaire !

    Se référencer
  • Abonnez-vous au flux RSS

    Pour ne rien manquer, recevez en temps réel, et gratuitement, les dernières actualités des cabinets référencés dans LJA L'Annuaire

    Découvrir
  • La Lettre des Juristes d'Affaires

    Chaque semaine, la Lettre fait un point complet des tendances du marché, suit avec précision les évolutions professionnelles des avocats et des juristes d’entreprise, décrit sans compromis les interventions ...

    Découvrir
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format